Les canards coureur indien

Les canards coureurs indiens


La saison de la limace est bientôt de retour… mais j’ai LA solution !! Non, ni bière, ni cendres, et encore moins granulés bleus. La palme d’or est adressé à … un canard bien sûr (pour la palme ) et en particulier à notre cher Coureur Indien.


En pleine réunion...

Mais qui est ce drôle d’oiseau ?!

Certes, vous connaissez les bons gros canards de nos fermes, les Barbarie, ou bien encore les canards sauvages, les Colverts. Mais avez-vous déjà croisé ce canard longiligne et au port vertical ?

Si ce n’est pas le cas, je vous invite à poursuivre ces lignes.


Cette race de canard est d’abord connue pour sa ponte abondante et son aspect ornemental (il existe de nombreuses couleurs), mais aussi depuis quelques temps, elle est réputée chez les jardiniers pour chasser avec avidité les limaces et escargots du potager (ou des Hostas) ! En effet, avec son poids plume (1,8 kg en moyenne contre 4,4 kg de moyenne chez un canard de Barbarie), il n’abime pas les plantes potagères ou autres végétaux, et se désintéresse (ou presque !) de toute verdure. Pour les jardins paillés il est idéal car il plonge son bec plat sous le paillage où il recherche sa nourriture, sans gratter. Il est d’ailleurs assez rigolo à observer. Cependant, il reste assez peureux mais finit toujours par approcher pour la gamelle ! Et il est assez vif et aime gambader, d’où son nom !


Attention cependant à quelques précautions à prendre :

Avec les poules, il peut cohabiter, mais il a tendance à salir le poulailler, comme tous les canards, en barbotant avec son bec dans les abreuvoirs, ou bien les auges extérieures. Il est donc préférable qu’il ne puisse pas accéder au poulailler.

Ensuite, il lui faut une surface suffisamment grande car s’il piétine toujours au même endroit, il finira par abîmer vos massifs ou votre potager. Ou alors, si le potager est clôturé, il suffira de les laisser sortir lorsque vous le souhaiterez (et ainsi, éviter qu’il marche sur les jeunes pousses au printemps).

Prévoyez toujours un espace baignade car ce qu’il aime par-dessus tout c’est faire le fou dans l’eau ! Même si certains livres assurent qu’une bassine lui suffit (en effet, on peut la nettoyer chaque jour), je suis persuadée qu’il est plus heureux dans un bassin, voir plus grand, car il y passe beaucoup de temps.


Attention également au prix car il est encore assez rare (théorie de l’offre et de la demande) et il y a également cet effet de mode, tout comme chez les poules actuellement. Adressez-vous à des éleveurs sérieux qui vous garantiront que ses canards sont des pures races, et vous ne vous retrouverez pas avec des canards qui dévoreront vos légumes !


Bientôt, vous pourrez venir les admirer au jardin de l’association. En effet, notre canard Kiwi a perdu les unes après les autres ses trois femelles, et les canards coureur indien n’aimant pas la solitude (même s’il s’accommode avec les poules, il aime être en groupe, avec ses congénères), il est partit en vacances prolongées chez mes parents où il a rejoint une troupe de 5 canards de même race et un bel étang ! Bientôt, il regagnera notre Touraine avec un de ses copains Solognot pour lui faire découvrir l’étang du jardin De la graine aux copeaux. Avis aux amateurs de venir leur faire un petit coucou…


Chut ! Je suis surveillée lors de mon travail derrière l'ordinateur !

Merci à Catherine pour toutes les photos de sa "meute" !


0 vue0 commentaire
Abonnez-vous à notre newsletter